« QUADRO, un objet design » – Interview de Boris et Dorian, collaborateurs de l’entreprise, avec un invité surprise !

By Andrea Kret, 21 February, 2022
Deux hommes sur une structure d’escalade QUADRO
Dorian (à gauche) et Boris (à droite)

Leur marque de fabrique ? Dorian amène son déjeuner au bureau dans une lunch box Peppa Pig, tandis que Boris vient en short au travail de mars à novembre. Dans cette interview, découvrez avec nous ce qui (hormis ces petites touches d’originalité) distingue les deux collaborateurs de QUADRO, leur vision de l’entreprise ainsi qu’une anecdote du directeur général.

Depuis combien de temps travaillez-vous chez QUADRO ?

Boris : Avec quelques interruptions, depuis 2005, mais en réalité, depuis tout petit. Dans les années 1990, j’ai fait mon stage de collège chez QUADRO et j’ai aussi fait quelques apparitions sur les publicités.

Dorian : J’ai commencé le 15 avril 2019.

Comment se fait-il que tu connaisses la date précise ?

Dorian : J’ai bonne mémoire (rires).

Et pourquoi travailles-tu ici ?

Dorian : Il faut bien que je paie mon loyer (rires). Non, sérieusement, je viens du secteur du e-commerce et j’ai postulé à une offre au service marketing chez QUADRO. Le lendemain, j’ai reçu un coup de fil et le surlendemain, j’ai passé un entretien – un échange très long et très enrichissant.

Quelles sont vos responsabilités ?

Dorian : Elles sont vastes : je m’occupe de tous les canaux de marketing dans le monde entier ainsi que des boutiques en ligne. Je suis aussi le premier interlocuteur des distributeurs à l’étranger, avec lesquels je conçois et mets en œuvre des opérations marketing. Mais je suis aussi un peu la bonne à tout faire. Ce qui est également le cas de Boris.

Boris : Exact. Pour ce qui est de mes fonctions, je ne sais pas vraiment par quoi commencer. J’ai déjà tout fait ici. Je suis principalement chargé des achats opérationnels et stratégiques de QUADRO. Mais grâce à mes nombreuses années d’expérience, j’aide mes collègues presque tous les jours dans de multiples domaines et je transmets mes connaissances.

Selon vous, quelle est la particularité de QUADRO ?

Boris : Comme j’ai grandi avec le produit depuis ma plus tendre enfance, mon avis n’est certainement pas très objectif. Au fil des ans, j’ai pris conscience que la qualité est vraiment au top – notamment depuis que j’ai moi-même des filles. Et puis la polyvalence du produit et le fait que nous luttions contre les mécanismes du marché qui sont malheureusement devenus monnaie courante, autrement dit la surconsommation. À cet égard, QUADRO sort vraiment du lot, car ses produits sont durables et qu’ils accompagnent en général les enfants toute leur vie. C’est d’ailleurs ce que reflète la clientèle : je pense qu’une grande partie de nos clients connaît QUADRO depuis son enfance. Ils veulent transmettre à leurs enfants les émotions qu’ils associent à QUADRO, leur faire ce cadeau. Cette longévité se traduit aussi dans notre garantie, qui en réalité a été déterminée au doigt mouillé, car normalement, il n’y a pas de casse.

Dorian : Je peux encore ajouter notre dernière création : QUADRO Nature. Avec QUADRO Nature, nous perpétuons les 40 ans d’histoire de l’entreprise et ajoutons de nouvelles caractéristiques innovantes au produit. QUADRO, ce n’est pas seulement une structure d’escalade, c’est aussi quelque chose qui peut être utile dans le jardinage urbain – mais pas que ! L’idée est formidable : nous avons une plaque, un raccord, un tube, qui permettent théoriquement de tout fabriquer, par exemple des meubles ou des stands pour les salons. Je ne connais aucun autre produit qui présente cette polyvalence absolue, pas seulement dans le domaine des jouets.

Depuis novembre 2020, QUADRO propose de nouvelles couleurs : Berry, Mint et Petrol. Elles font toutes partie de la gamme Home. Comment est-elle née ?

Dorian : Quand nous avons eu l’idée des nouvelles couleurs, tout le monde était assez content. Bien avant que je rejoigne l’entreprise, les structures QUADRO étaient rouge et noire, puis la gamme Classic s’est dotée des quatre couleurs que nous connaissons tous. Mais lorsqu’il a été question de créer de nouvelles couleurs pour l’intérieur, tout le monde a été ravi. Nous avions en effet eu vent, de différents endroits, que les clients réclamaient de plus en plus des coloris pastel. Nous avons donc vraiment tapé dans le mille. Je pouvais aussi le comprendre. Je suis l’heureux propriétaire d’une structure QUADRO Classic : pour ma fille et moi, c’était un vrai bonheur, mais ma femme souhaitait l’avoir dans des coloris correspondant à notre décoration, c’est-à-dire plus douces, plus élégantes. Elle se trouve maintenant dans le jardin de mes beaux-parents et ma fille et moi y allons volontiers pour faire du toboggan et jouer. Depuis que la gamme Home existe, j’ai eu le droit d’installer une nouvelle structure QUADRO à la maison. C’est à Ines, notre chef d’équipe médias imprimés et développement produits, que l’on doit ces nouveaux coloris. Ils représentent vraiment beaucoup de travail et un véritable travail d’équipe dont chacun peut être fier. Je suis très satisfait du résultat.

Boris, veux-tu ajouter quelque chose ?

Boris : J’ai été absolument ravi de voir un peu de nouveauté après tant d’années (rires). C’était vraiment chouette. Les produits QUADRO sont maintenant une sorte d’objet design, un outil de conception unique pour les structures d’escalade ou les meubles, enrichi de quelques jolis coloris pastel.

Quelle est la philosophie de l’entreprise ?

Boris : Le fait que les produits QUADRO soient entièrement fabriqués en Allemagne en étonne plus d’un. Au-delà de la qualité, nous pouvons aussi influencer beaucoup plus directement le processus de production. La deuxième priorité, c’est la satisfaction des clients. On ne peut pas avoir de clients satisfaits si l’on propose un produit qui sera bon à jeter au bout d’une saison. Notre service client ne s’arrête pas à l’achat. L’achat ne symbolise pas la fin de la transaction, mais le début. Nous proposons par exemple une base de données gratuite qui compte d’innombrables propositions de construction : on peut ainsi modifier les kits à l’infini si l’enfant a envie de nouveauté ou si ses capacités motrices se sont développées. C’est d’ailleurs une formidable caractéristique. On n’a pas besoin de tout racheter neuf, on peut simplement modifier la structure en famille, c’est à cela que sert la base de données. Cette caractéristique est un atout pour l’environnement, mais aussi pour votre porte-monnaie !

Dorian : Notre philosophie consiste aussi à être à l’écoute, à échanger avec les clients, à travers les retours que nous recevons par e-mail, mais aussi à travers nos communautés dans différents pays. Les collaborateurs de QUADRO y participent, lisent les questions et y répondent. Dans presque tous les pays où QUADRO est distribué, il est possible de rentrer directement en contact avec nos collaborateurs. Nous prenons très au sérieux les remarques des clients et nous en discutons en détail. Auparavant, nous n’avions pas la possibilité de voir ce que le client avait dans son jardin ni les difficultés qu’il rencontrait – alors que nous aurions peut-être pu régler très facilement le problème. Être en contact direct avec les clients nous permet de mieux les comprendre.

Image
Un homme sur une moto QUADRO
Dorian sur sa moto QUADRO

Le fait d’avoir des enfants est-il un avantage quand on travaille chez QUADRO ?

Boris : Effectivement. Notre approche change complètement quand on a des enfants. Avant, c’était un jouet que j’avais connu dans mon enfance. À cette époque, je n’avais pas conscience des phases de développement de l’enfant que suit QUADRO. C’était pareil une fois adulte. Mais les choses ont changé quand j’ai eu des enfants. Depuis, j’arrive à bien mieux analyser leurs besoins et leurs possibilités. Outre les cinq kits de base My First QUADRO, Starter, Basic, Junior et Universal, créés il y a des lustres, nous avons mis au point il y a quelques années les kits Adventure, Evolution et Beginner. Grâce aux demi-plaques, aux tubes de 15 cm et à une structure ingénieuse, ils sont adaptés aux enfants dès 6 mois. Entre 6 et 12 mois, un enfant ne monte pas toujours immédiatement sur une marche de plus de 25 cm de haut. Avec les nouveaux kits de construction, nous nous sommes mis à la portée d’un groupe cible plus jeune. Le fait que nombre de mes collègues aient des enfants a joué un rôle décisif dans cette évolution.

Dorian : Mes deux filles m’aident à mieux comprendre les clients. J’ai pu acquérir de l’expérience en les voyant jouer.

Avez-vous en mémoire une anecdote particulière chez QUADRO ?

Dorian : Je pense que Boris pourrait en parler pendant des heures...

Boris : Effectivement. J’en raconte une seule : dans les années 1990, j’ai traversé l’Europe en bus avec le directeur général actuel. Dans des dizaines de filiales Toys “R” Us, nous avons assemblé des présentoirs qui accueillaient ensuite les kits de construction QUADRO. Ça a été une chouette opération.

Falk : Ne vous dérangez pas, je ne vais pas rester longtemps. Je complète juste l’histoire : Boris et moi avions pris la route au volant d’un fourgon Volkswagen rempli de présentoirs QUADRO. On avait 18 ou 20 ans et on s’était évidemment complètement trompé de route. On avait atterri quelque part entre l’Autriche et la Suisse, en montagne, au milieu de nulle part. Il faisait nuit noire et la route descendait en serpentant à travers la montagne. Les freins ont surchauffé à cause du poids du fourgon et de la vitesse, ce qui nous a obligés à utiliser le frein moteur. Les freins ne fonctionnaient plus normalement, nous étions vraiment en danger. S’il y avait eu un véhicule en sens inverse, nous lui serions rentrés dedans. Nous sommes pourtant arrivés en bas sains et saufs et nous sommes sortis du fourgon immédiatement, complètement shootés à l’adrénaline. Je me souviens parfaitement que nous tenions la carte (à l’époque il n’y avait pas encore de GPS) à côté des disques de frein du fourgon, rougis par la chaleur, et que nous pouvions la lire sans problème. À quelques mètres de distance, le fourgon ressemblait à une voiture de Formule 1, de nuit, avant un virage. C’était dingue ! À l’époque, nous n’étions pas très tendres avec le véhicule, question musique non plus. Quelques jours après que nous avons restitué le fourgon, qui était loué, on nous a informés que l’entreprise de location était sidérée par son état. Le véhicule était irrécupérable : les freins, les enceintes, les pneus montraient des signes d’usure qui apparaissent normalement après des années, et non des semaines. Il y avait une fuite sur le turbocompresseur. On avait poussé le bouchon un peu loin, certes – mais personne n’aurait pu s’occuper des filiales Toys “R” Us aussi rapidement que nous. Voilà, c’est tout, je vous laisse !

Dorian : Moi aussi, j’ai une histoire à raconter ! En mars 2020, au début du premier confinement, le volume de commandes a littéralement explosé, car toutes les crèches, toutes les aires de jeu étaient fermées. La demande, qui était déjà élevée avant, a rapidement augmenté. Au début, nous étions ravis de recevoir toutes ces commandes supplémentaires, jusqu’à ce qu’on se rende compte qu’il allait aussi falloir les traiter. Nous avons fait quelques nocturnes, le week-end aussi, quand les enfants étaient déjà couchés, car nous ne voulions pas laisser tomber nos clients. Ça a été une période marquante, car l’équipe en est sortie plus soudée que jamais.

Image
Un enfant sur une structure d’escalade QUADRO des années 1980
Boris, enfant, sur une publicité QUADRO

Quel est votre produit préféré ? Et celui de vos enfants ?

Dorian : Les kits de construction QUADRO.

Mais lequel ?

Dorian : Tous !

Boris : Pareil pour moi. Difficile d’en choisir un en particulier. Les enfants ont quand même adoré le tapis de glisse. C’est un produit qui est vraiment sous-estimé. L’épaisseur du film en fait un produit à la qualité vraiment imbattable. Pour les enfants, c’est vraiment sensationnel : le tapis fait six mètres de long, il est couvert d’eau. Ils prennent leur élan et glissent à toute vitesse. Tout de suite, c’est à qui ira le plus loin. Le tapis de glisse peut aussi servir à remplacer une piscine.

Dorian : Selon moi, l’association d’un kit de construction et d’un toboggan est vraiment extra. Et aussi la possibilité d’assembler ses propres créations et de bricoler à partir des différentes pièces. On peut vraiment se prendre pour un architecte. C’est passionnant.

Boris : Ma fille trouve toutes les constructions super – qu’il s’agisse d’un petit cube ou d’un immense château. Et les toboggans ont évidemment toujours la cote.

Une tout autre question : en quoi consiste la gamme QUADROpro que l’on trouve sur le site web ?

Boris : Les pièces et la qualité sont identiques aux kits QUADRO normaux, mais ce ne sont pas des kits de construction. On s’adresse à un public totalement différent. Les kits de construction s’achètent séparément ou avec d’autres kits, un toboggan et des extensions. Avec QUADROpro, vous sélectionnez un modèle en particulier en fonction de la taille et de vos besoins. La gamme a d’abord été mise au point pour les professionnels, autrement dit les écoles maternelles, les crèches, les concessions automobiles ou les salles d’attente – d’où le suffixe « pro ». Ces clients ont besoin de modèles totalement différents de ceux que les particuliers installent dans leur salon ou leur jardin. En général, les constructions sont aussi beaucoup plus grandes. Dans ce domaine, nous proposons aussi des plateformes pour piscine sous la marque QUADRO Aqua.

Boris, comment a évolué QUADRO au fil des années ? Qu’est-ce qui a changé ?

Boris : Tout ! D’abord le produit, qui a été amélioré, même en termes de qualité. Au sein de l’entreprise aussi, beaucoup de choses ont changé. Depuis la restructuration au début des années 2000, en passant par quelques déménagements, nous avons finalement atterri dans les luxueux bureaux du quartier de Hamburg-Bergedorf, que nous occupons actuellement. Et enfin, ces dernières années, une importante croissance du chiffre d’affaires.

Quels sont vos projets chez QUADRO et pour QUADRO ? Comment voyez-vous l’avenir de l’entreprise ?

Boris : Nous souhaitons évidemment que QUADRO poursuive sa croissance à l’international et conquière autant de parts de marché que possible dans d’autres pays.

Dorian : C’est juste. Notre objectif est de faire connaître QUADRO à l’international, pour que les enfants du monde entier puissent en profiter. Mais notre plus grand défi ici, c’est la logistique. Nous nous sommes inspirés de celles et ceux qui ont utilisé les pièces QUADRO complètement différemment de ce à quoi nous avions pensé initialement. Nous pensons sans cesse à de nouvelles possibilités d’utilisation. Cela peut paraître curieux au regard des 40 ans d’existence de l’entreprise, mais pour nous, c’est comme si l’aventure aux côtés de QUADRO ne faisait que commencer.

Merci à tous les deux pour cet entretien !

Commentaires

The content of this field is kept private and will not be shown publicly.